Editorial

« HELENIS est une communauté de valeurs qui réunit bien sûr, ceux qui l’ont choisi,
mais aussi tous ceux qui, avec leurs compétences, leurs talents, leurs passions, contribuent à la reconnaissance de la marque.

Pour donner forme à tout ce qui nous rapproche autour de ces valeurs et en même temps qui nous rend différent, j’ai eu l’idée de créer mylife, une vitrine, une tribune pour tous ceux qui font de près ou de loin la marque HELENIS. Mylife se veut intéressant avant d’être intéressé.
J’espère que ce premier numéro vous fera passer un agréable moment de détente et de lecture. » - Thierry Aznar -

Les revenus mobiliers ...

Les revenus mobiliers ...

Les revenus mobiliers sont les revenus provenant de placements financiers. Il existe plusieurs types de placements :

Les placements qui procurent des revenus fixes. Il s’agit essentiellement des revenus d’obligations et autres types d’emprunts négociables voire des dépôts, comptes courants etc…

  1. Ils sont depuis le 1er janvier 2013 soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Toutefois, il est prélevé à la source un acompte d’impôt au taux de 24%. Ce prélèvement à la source n’est pas libératoire ; il ne s’agit que d’un acompte provisionnel. Si au final le détenteur des fonds est imposé à un taux moindre, il sera remboursé du trop payé, et inversement.
  2. Il existe des exceptions à ce principe. Il s’agit d’une part des foyers fiscaux qui perçoivent moins de 2 000 € d’intérêts de placement qui peuvent opter pour un prélèvement forfaitaire et définitif de 24% et, d’autre part, de certaines catégories de produits qui sont soumis à un prélèvement libératoire sur option (assurance-vie notamment) ou obligatoirement (Produits de bons anonymes par exemple).
  3. Après l’exception au principe, il existe la dispense du principe. Ainsi, les contribuables qui ont un revenu fiscal de référence en année n-1 en deçà d’un certain seuil (25 000 € pour un contribuable seul et 50 000 € pour des contribuables soumis à imposition commune) peuvent demander à être dispensés du prélèvement… à condition de respecter la procédure idoine, d'en faire la demande en remplissant une attestation sur l’honneur et à condition que l’établissement payeur (la banque ou la compagnie d’assurance) soit établi en France.

Les placements qui procurent des revenus distribués, essentiellement les dividendes, sont soumis à des règles d’impositions similaires.

  1. A ce titre ces revenus sont soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Toutefois, il est prélevé à la source un acompte d’impôt au taux de 21%. Les placements, qu’ils procurent des revenus fixes ou distribués, sont toujours soumis à la panoplie classique des prélèvements sociaux : contribution sociale généralisée (CSG), contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS), prélèvement social, contribution additionnelle et prélèvement de solidarité ; le tout au doux taux de 15,5% …
  2. La CSG due sur les revenus du patrimoine soumis au barème progressif de l'impôt est déductible à hauteur de 5,1 % du revenu global imposable.

Crédit immobilier, les taux remontent doucement

Crédit immobilier,
les taux remontent doucement

Depuis juillet 2013, les taux remontent, ils ont pris 18 points de base en 6 mois.

  1. Pour autant, les taux n’ont pas bougé depuis le mois d’octobre, on observe donc une certaine stabilisation sur des niveaux qui restent très intéressants pour les clients. Selon le niveau d’apport de l’emprunteur et la qualité des capacités de remboursement, les taux pratiqués peuvent descendre. En effet, selon l’Observatoire, le 1/4 inférieur des taux se situe en moyenne à 2,97 % pour un prêt à 20 ans en taux fixe et à 2,29 % en taux variable.
  2. Au 4ème trim, la durée des prêts accordés était de 206 mois en moyenne. Elle avait fortement reculé au début de l’année 2013, pour l’essentiel en réponse aux évolutions observées sur le marché du neuf, avec un repli marqué de la primo accession, sous l’effet de la détérioration du PTZ+. Elle s’est redressée au Printemps sur le marché du neuf, mais dans l’ensemble elle est stabilisée depuis le début de l’été à un niveau plus bas qu’avant.
  3. En 2012, la récession des marchés immobiliers s’est accompagnée d’un recul sensible de la production de crédits à -26,4 % pour l’ensemble des prêts bancaires. Début 2013, la dégradation de la production s’est atténuée, mais reste en recul. Le redémarrage est en revanche sensible lors du second trimestre (+35,3 %). Elle a finalement marqué le pas durant l’été (-14,6 %). La production s’est finalement ressaisie en octobre avec -0,3 % sur l’ensemble du  4ème trim 2013.
  4. L’année 2013 a donc été celle du redémarrage du marché des crédits avec une production en hausse de 29,7 %. Cependant, le marché n’a pas encore retrouvé le niveau d’activité qui était le sien avant le déclenchement de la crise. En décembre, le niveau de la production était juste revenu à la situation observée au printemps 2012.

La résidence principale ... C'est le bouquet !

La résidence principale ...
C'est le bouquet !

La loi de finances pour 2014 a changé la règle du jeu… Des avantages disparaissent, d’autres arrivent… le tout avec des taux de TVA qu’on nous annonce changeants. A compter du 1er janvier 2014, n’ouvriront plus droit à crédit d’impôt :

  1. L’équipement de production d’électricité utilisant les panneaux photovoltaïques,
  2. L’équipement de récupération et de traitement des eaux pluviales.

En revanche, bénéficiera d’avantages fiscaux ce qu’il conviendra d’appeler le «bouquet de travaux».
Le but est désormais de favoriser les rénovations qui permettent une réelle diminution des dépenses énergétiques. Désormais, pour pouvoir bénéficier d’un crédit d’impôt, un contribuable devra réaliser au moins 2 catégories de dépenses parmi les suivantes :

  1. Acquisition de matériaux d’isolation des parois vitrées permettant d’isoler au moins la moitié (en nombre de fenêtres et non en surface vitrée) des parois vitrées du logement
  2. Acquisition et pose de matériaux d’isolation thermique des parois opaques en vue de l’isolation des murs permettant d’isoler au moins 50% de la surface totale des murs du logement donnant sur l’extérieur
  3. Acquisition et pose de matériaux d’isolation thermique des parois opaques en vue de l’isolation de la totalité de la toiture
  4. Acquisition de chaudières ou d’équipements de chauffage ou de production d’eau chaude fonctionnant au bois ou autres biomasses (remplacement ou installation initiale)
  5. Acquisition d’équipements de production d’eau chaude sanitaire utilisant une source d’énergie renouvelable
  6. Acquisition de chaudières à condensation, de chaudière à micro-cogénération gaz et d’équipements de production d’énergie utilisant une source d’énergie renouvelable (éoliens ou hydrauliques) ou de pompes à chaleur de chauffage ou de production d’eau chaude fonctionnant.

Il est à noter que les personnes à revenus  modestes (revenu fiscal n-2) pourront bénéficier du crédit d’impôt si elles ne réalisent qu’une seule catégorie de dépenses avec un panel de frais un peu plus important.
Le plafond des dépenses est de 8 000 € (célibataire) ou de 16 000 € (couple) selon la composition du foyer fiscal, et le taux du crédit d’impôt est de 15% mais il monte jusqu’à 25% si les dépenses sont bien effectuées dans un bouquet de travaux.
Pour ce qui concerne la TVA, la plupart de ces dépenses pourront bénéficier d’un taux réduit de 5,5%, que les travaux soient effectués par un propriétaire ou un locataire, mais dès lors que le logement d’habitation concerné est achevé depuis plus de 2 ans….
Pendant les travaux vous pourrez toujours aller au cinéma qui bénéficiera lui aussi du taux réduit de 5,5% sur ses droits d’entrée sauf pour les œuvres d’incitation à la violence ou pornographique qui sont soumis au taux de 20%... Dur dur pour les amateurs…

 
decoration, design

A l’ombre de deux jeunes femmes en fleurs !

A l’ombre
de deux jeunes femmes en fleurs !

Emmanuelle et Caroline Sirvent semblaient prédesti nées au métier de fleuriste car leurs parents exerçaient déjà la profession. Mais la vie n’est pas une longue ligne droite, les deux soeurs ont mesuré, au contact de leurs parents , les inconvénients d’un métier qui exige passion et don de soi . Alors elles ont bifurqué pour des études : Emmanuelle dans la comptabilité et Caroline dans le cinéma. Mais l’art floral chez les Sirvent, c’est d’abord une affaire de gênes.

Le déclic a eu lieu il y a seize ans, lors d’une rencontre au Corum. Leur mentor, Jacques Pastor fleuriste à Castries a proposé une formation aux deux soeurs, qui ont suivi le même cursus, comme des jumelles fusionnelles même si elles ont 15 mois de différence.
D’ailleurs la formation, pour Emmanuelle et Caroline, ne s’arrête jamais. Leur curiosité les conduit à toujours se parfaire et évoluer sans cesse dans leur métier. Leurs fleurs viennent du monde entier mais aussi de l’arrière-pays où elles vont chercher leurs branchages et fougères.

Aussi à l’aise avec une perceuse qu’avec une pince à bijoux, Emmanuelle et Caroline, insistent sur la technicité du métier. Laetitia et Lisa qui les accompagnent peuvent en témoigner car elles sont devenues des professionnelles accomplies au contact des soeurs Sirvent.

Installées depuis 12 ans sur l’Esplanade à Montpellier, Emmanuelle et Caroline sont des fleuristes dont la modestie est inversement proportionnelle à la notoriété de leur clientèle professionnelle.
Aujourd’hui, elles sont reconnues comme des créatrices à part entière à qui l’on peut confier un lieu, un événement...
Des clients prestigieux comme l’Opéra Berlioz, Hermès, l’Hôtel Oceania, Pandora, Maison de la Lozère ou d’autres leur font régulièrement confiance.

Aujourd’hui Emmanuelle et Caroline caressent un rêve ! Ouvrir un showroom floral pour démontrer au public et aux professionnels l’étendue de leur savoir-faire et de leur talent… Souhaitons à ces deux passionnées d’accomplir très vite leur rêve.

RBC Design center L’histoire d’une belle aventure

RBC Design center
L’histoire d’une belle aventure

RBC a été fondé en 1987 par Franck Argentin.
À 23 ans seulement, Franck ne se contente pas de reprendre le flambeau paternel , mais décide de tracer sa propre route.


Avec l’ouverture du premier magasin RBC, Franck Argentin ouvre la voie à une nouvelle manière d’appréhender la distribution du mobilier et initie, au profit des architectes, décorateurs et passionnés de design, un dialogue étroit avec la création contemporaine. D’une manière tout à fait innovante et audacieuse, il sollicite alors le concours du designer Philippe Starck déjà internationalement reconnu, pour imaginer le premier showroom de Nîmes.
RBC fut un des premiers en France à faire appel à un designer pour décorer son lieu. Une petite révolution qui demeure aujourd’hui encore, la marque de fabrique RBC.


Avec le RBC Design Center de Montpellier qui a ouvert ses portes en 2012 sur l’avenue Raymond Dugrand, Franck Argentin franchit une nouvelle étape.
Conçu et imaginé par Jean Nouvel, ce magasin de 2 000 m2 célèbre bien au delà de l’objet design, la culture du design elle-même, au travers d’un concept global qui reflète la démocratisation et l’engouement toujours plus fort du grand public pour ce style.

Écoutez bien leur différence !

Écoutez bien
leur différence !

Jean-Christophe DAVIN est un enfant précoce du son. Très jeune, en autodidacte passionné, il a débuté sa carrière dans la sonorisation professionnelle chez un installateur montpelliérain puis dans le « car audio » de prestige . Avec cette expérience, Jean-Christophe comprend que la voie vers une recherche de l’excellence est la seule qui le stimule . En 2000, il crée Multizone sur le boulevard Rabelais dans laquelle il installe une salle de home cinéma en démonstration.
Antonia DAVIN, de son côté , qui occupait un poste de marketing et de développement commercial chez un éditeur de logiciels montpelliérain, rejoint Multizone en 2006. Elle apportera à son mari un précieux savoir-faire. Jean-Christophe et Antonia composent un duo parfaitement complémentaire. 

En 2000, il y avait 13 entreprises d’équipements et d’installation de matériel image et son dans l’agglomération de Montpellier. 13 ans après, Multizone est la seule.
Il y a plusieurs raisons pour expliquer cette longévité, mais cette réussite est avant tout le fruit d’une stratégie.
À l’opposé de la grande distribution dont la vocation est de vendre du matériel, Multizone propose un vrai service : l’équipement audiovisuel de votre maison ou de votre appartement sur-mesure.

En s’appuyant sur des marques peu nombreuses mais haut de gamme, l’équipe de Multizone, tel un architecte conçoit votre installation multimédia, votre domotique ou votre salle de cinéma privée clé en mains. C’est le pari gagné de Jean-Christophe et Antonia qui aujourd’hui ont le projet de monter encore en gamme, et d’ouvrir un showroom dédié à la marque.

architecture, design

Maguelone Mas, architecte, version intérieur

Maguelone Mas,
architecte, version intérieur

Passionnée de design et d’architecture, Maguelone MAS obtient son diplôme supérieur artistique professionnel « Architecture d’intérieur et Décoration ». persuadée que le mobilier est indissociable de l’architecture d’intérieur, elle débute sa carrière chez un des plus grands distributeurs du Sud de la France, RBC.


Au sein de RBC, elle acquiert une connaissance pointue du design mobilier et luminaire.

Maguelone Mas côtoie plus de 200 marques dont les plus grands classiques du mobilier contemporain, Cassina, Moroso, Vitra, Knoll international, Fritz Hansen, Kartell, Flos, Artemide.

Pendant plus de 7 ans, aux côtés des architectes elle conçoit l’aménagement de maisons particulières, de restaurants, d’hôtels et d’espaces d’entreprise. Mais sa passion première, l’architecture d’intérieur est la plus forte.
Maguelone crée le Studio m.M, sa propre agence d’architecture d’intérieur où elle pourra donner libre cours à sa créativité et son talent.


Parallèlement elle conçoit «First Design Collection», un catalogue de cadeaux sur-mesure pour enfants. Elle souhaite initier les enfants au design dès leur plus jeune âge et leur permettre de garder dans le temps leur mobilier dès leur naissance.

Dans chacun de ses projets, pour Maguelone, le point de départ c’est l’analyse des besoins de ses clients, leur histoire, leurs goûts personnels, le rêve dans lequel ils se projettent. Ensuite, elle compose une histoire, qu’elle met en scène avec des objets chinés ou dessinés sur-mesure car l’objet unique est pour elle, indispensable. Maguelone crée en «co-production» avec ses clients qui deviennent les acteurs de leur projet.

art-de-vivre

VOYAGE AU PAYS DES CINQ SENS

VOYAGE AU PAYS
DES CINQ SENS

Un outil neuf, taillé sur-mesure, dans lequel il donne libre cours à sa créativité et affirme sa propre écriture culinaire. Une ligne rédigée sur page blanche, avec le souci de mettre en valeur le terroir et les producteurs locaux, autant que de partager de façon accessible son interprétation contemporaine des traditions culinaires françaises et méditerranéennes.

mylife : Qu’est-ce qui vous a motivé à ouvrir votre propre restaurant ?

Pascal Sanchez : Après tant d’années passées à l’étranger, la naissance de mon premier enfant combinée à l’envie d’exprimer mon métier en mon propre nom m’ont poussé à me rapprocher de la France. De là, des idées plein la tête, l’envie d’apporter ma patte à la gastronomie française et le souhait de développer mon propre lieu n’ont fait que me conforter dans ce choix.

mylife : Pourquoi l’ouvrir à Montpellier ?

Pascal Sanchez : À partir du moment où j’ai pris ma décision, j’ai reçu énormément de propositions. Puis j’ai rencontré Franck Argentin par l’intermédiaire d’un ami commun. Je me suis rendu à Montpellier et j’ai immédiatement apprécié la ville et ses habitants. Le chantier du RBC Design Center bâtait son plein et Franck Argentin s’est montré très à l’écoute de mes attentes. Il y avait tous les ingrédients pour me sentir ici chez moi et ouvrir le restaurant dont je rêvais. D’autant que je pense pouvoir apporter quelque chose de nouveau et différent dans cette ville qui montre un extraordinaire dynamisme et une grande ouverture d’esprit.

architecture

Rencontre avec un architecte du paysage urbain

Rencontre avec un architecte
du paysage urbain

Architecte du paysage urbain sur la forme et sur le fond, Antoine Garcia-Diaz pratique son métier avec une conviction profonde qui persiste au-delà des modes. l’architecture a pour mission de concevoir de nouveaux espaces de vie où chacun peut s’approprier un lieu dans lequel il se sent bien.
Cette exigence qui peut paraître évidente, n’est pas toujours facile à mettre en pratique tant les contraintes sur le métier d’architecte sont de plus en plus fortes.

La complexité des aspects financiers, techniques, juridiques ou administratifs conduisent au formatage d’une architecture sans âme : « à rebours de la créativité et de l’innovation qui sont les fondements du métier d’architecte » selon Antoine Garcia-Diaz.

Aujourd’hui l’agence Garcia-Diaz à Montpellier est une équipe pluridisciplinaire de 42 personnes à qui l’on doit par exemple l’aménagement urbain et le design du réseau de tramway de Montpellier.
Cette équipe réunit les métiers recoupant le champ de l’architecture car pour Antoine Garcia-Diaz l’architecture, l’urbanisme et l’aménagement ne sont qu’un tout. L’agence est capable d’imaginer le logement du futur en collaboration avec des sociologues, ou de concevoir l’aménagement urbain d’un nouveau quartier en collaboration avec des designers et des paysagistes.
Chez Antoine Garcia-Diaz, la discrétion, l’humilité, l’absence d’un culte de l’égo s’expriment dans une patte distinctive et dans la constance du style. Celui d’une architecture qui se fond dans son environnement avec harmonie et en juste proportion.

L’agence Garcia-Diaz entretient avec HELENIS une relation privilégiée. La nature de cette relation repose sur des valeurs partagées de résidence en résidence. Jardins et espaces verts composent une véritable identité architecturale et nous offrent un bel angle de vue sur le fruit de cette relation.

Depuis 30 ans, l’agencement des appartements n’a pas changé. Pourtant la société s’est transformée. A commencer par la structure familiale qui, avec l’augmentation de familles monoparentales, recomposées, du célibat, n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était dans les années 80…
Si le rôle de l’architecte est d’innover pour améliorer l’habitat et la relation au chez soi, il doit nécessairement prendre en compte ces évolutions sociétales. Pour cette raison, Antoine Garcia-Diaz a initié au sein de son agence des groupes de réflexion auxquels sont associées des compétences diverses, y compris celles d’un promoteur comme HELENIS, pour inventer un logement mieux adapté aux mutations du mode de vie, plus écologiques et moins cher à réaliser.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation de cookies afin d'analyser la performance du site et de vous proposer des services et contenus adaptés à vos centres d'intérêts.